AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Passage Obligatoire :: Vos Sorciers :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sirius Orion Black | « Je préférais mourir au lieu de trahir mes amis! Mourir comme je serais mort pour toi s'il l'avait fallu! »

avatar
Messages : 5
Date de naissance du personnage : 03/11/2000
Date d'inscription : 27/02/2017
Age du personnage : 17
Localisation : Sûrement un peu partout à la fois
Année scolarité : 5eme année
Maison : Gryffondor
Jeu 2 Mar - 17:31






Notre véritable personnalité est déterminé par les actions que nous posons.
Sirius Orion Black
Patmol ~

Salut toi, moi c'est Sirius Orion Black et il y a 15 ans j'ai embelli le monde en arrivant à Londres, le 3 novembre 1959. Je viens d'une famille de Sang-Pur. Je suis Bisexuel et ce jusqu'à nouvel ordre et si tu veux tout savoir, j' essaye d'avoir une relation stable. Petite anecdote : il paraît que je ressemble à Ben Barnes. Ma baguette est composée de bois de chêne. Elle mesure 29,5 cm et contient un cheveu de Vélane.. J'ai très peur de la solitude. Celle-ci sa caractérise de façon à ce qu'une brume épaisse, noire, m'enveloppant. Je me sens enfermé sur moi-même, avec mes deux plus grandes peurs: Je suis seul, dans un endroit clos qui me prive de toute ma liberté. Je suis seul avec moi-même. Mon patronus, un labrador , est là pour me protéger. Mon animal de compagnie est Chouette effraie prénommée Elyss . Je suis Batteur au Quidditch à temps plein. Oh et avant que j'oublie : ceux qui font partie du groupe Gryffondor sont les plus beaux.




Qu'est-ce que la vie sans un peu de risque?



Sirius Black est un être qui se voit des plus complexe, même si au premier regard, il vous semblera tout d’un Gryffondor typique. Et pourtant, déjà là, quelque chose ne fonctionne pas. Un Black, à Gryffondor ? Ça devrait vous sonner des cloches, vu que c’est le premier Gryffondor à atterrir à une autre maison que celle de Serpentard. Il va donc à s’en dire que Sirius à toutes les caractéristiques qui définissent un Gryffondor. Sans vouloir le vanter, le jeune homme est un vrai lion. Courageux et déterminé depuis sa petite enfance à être « Quelqu’un d’autre que ce que ces parents attendaient de lui », Sirius a dû passer sur plusieurs épreuves, seul. Sa force d’esprit, son courage, était tout ce qui le maintenait à vie devant la force de ses parents. Il n’a pas peur des mangemorts, de Voldemort, ou même de la mort. Ce ne sont que des choses futiles pour lui qui, ayant vécu avec l’impression qu’il allait devenir fou chaque jour, s’est habitué à ne pas craindre ça. De plus, il a toujours été déterminé à être différent, à être qui il voulait être. Il ne se laisse pas facilement marcher sur les pieds, ayant appris avec sa famille à dire son opinion haute et forte, même si par la suite il devait en souffrir. Ce n’est donc pas un garçon qui se soucie beaucoup de sa santé, de lui-même, car il n’a jamais appris à vraiment faire attention à ses paroles. Il agit et parle souvent sous un coup de tête, sur l’envie du moment, car il ne veut pas être emprisonné dans ses propres mots. Sa liberté, il y tient fort, ayant passé trop d’années enfermées dans sa chambre, à repousser qui il était vraiment. C’est donc un jeune homme qui affirme haut et fort ses valeurs, ce qu’il croit juste et mauvais.

Le jeune Gryffondor est tout un phénomène. Prétentieux et arrogant, sans contester, il juge facilement les Serpentard. Il critique beaucoup ceux qui se rapprochent de loin ou de proche à sa famille. Étant très doué, sans vouloir encore une fois exagérer, en magie, il se croit parfois supérieur aux autres, ce qui le penche à agir avec stupidité. Il aime bien vanter sa force aux autres, ou bien encore passer de longues heures à se regarder dans le miroir, narcissique quand tu nous tiens. La folie dont il a dû vivre chez lui l’a rendu ainsi. Il est aussi ce genre de garçon à ne faire confiance qu’à lui-même au début. Il se confie donc peu, pour ne pas dire du tout sur ce qu’il ressent, et il agit comme un vrai « Don Juan Mystérieux ».  Les gens le caractérisent parfois comme sans-cœur, car ce dernier ne laisse pas toujours voir ses émotions. De plus, il parle parfois avec froideur quand quelque chose le dérange, ou avec un air de supérieur. Néanmoins, si vous apprenez à lui laisser du temps, comme avec les Maraudeurs, il apprendra à s’ouvrir. Très loyal, il s’accrochera à vous et vous suivrez partout, jusqu’à la mort s’il veut. Il préférait mourir au lieu de trahir ses amis, valeur qu’il trouve très importante. En devenant son ami, vous allez voir une tout autre façade de lui. Il se trouvera attentionné et, même, à l’écoute de vos problèmes comme un vrai grand frère. Il s’enlignera pour que vous trouviez votre chemin, pour vous aider à aller mieux.

Parlant de grand frère, Sirius est tout du typique grand frère que vous voudriez avoir. Très protecteur, il ferait tout pour vous. Devenu très mature à un âge bas pour s’occuper de son petit frère, Sirius prend souvent la responsabilité du grand frère. Pas dans les termes de « ne pas faire de fautes, être parfait, suivre l’exemple », car nous savons tous que Sirius n’est pas du tout bon là-dedans. Non, plutôt du genre à prendre la faute sur lui et à protéger coute que coute ses camarades. Il sera souvent celui à prendre la retenue pour protéger ses amis, ou encore celui à prendre le blâme.

Quand je vous dis qu’il ne suit pas l’exemple, c’est tout ce qui décrit le mieux Sirius Black. Rebelle à temps plein, il fait les 400 coups avec James Potter chaque année. Faisant rire la majorité des élèves avec leurs conneries, les Maraudeurs sont connus pour les grands fauteurs de troubles. Il s’amuse à ridiculiser les Serpentard, à détruire une salle de classe ou à faire exploser une potion en plein cours. Ce ne sont pas de grands travailleurs, ils préfèrent cent fois mieux jouer un peu partout. Ils passent leur temps à inventer de nouvelles blagues et à courir d’un bout à l’autre du château, ne respectant aucunement les règlements établis. Il fait ce qu’il veut, quand il veut, ce qui fait qu’il tombe très souvent en retenue. Pourtant, cela ne l’a jamais arrêté. Il n’a pas peur des retombés, car selon lui « nous n’avons qu’une vie, mieux vaut la vivre à fond ». Vous allez donc très rarement le voir étudier, et pourtant, cela ne l’empêche pas d’avoir des notes excellentes. Décrit par les professeurs comme turbulent, incontrôlable et un vrai danger public, cela ne l’empêche pas de rajouter aussi le qualitatif de « brillant ». Patmol est très brillant. Il réussit tous ses cours haut la main, sans un brin de difficulté, et il est excelle en sortilège et en défense contre les forces du mal. C’est un jeune homme très intelligent qui utilise, néanmoins, son intelligence pour des fins d’amusement. Parfois, même, il passe par dessus, car sa spontanéité, son goût de l’aventure ou, encore, sa prétention lui joue des tours. Il préfère sauter dans la bataille ou faire à son goût que de réfléchir à un plan d’action. Ce qui lui cause, comme vous pouvez l’imaginer, beaucoup de soucis.

Nous parlions aussi, tout à l’heure, de Don Juan Mystérieux. Si ce n’est pas un beau titre pour décrire Sirius Black. Un vrai romantique, il adore utilise son charme pour avoir ce qu’il veut de la part des femmes. Il sait que sa beauté n’en laisse peu indifférent, il l’utilise donc à son avantage sans regret. Ce qui n’a fait que renforce son titre de sans-cœur par la même occasion. Je ne compte même plus le nombre de femmes dont il a brisé le cœur après être sorti avec quelques semaines.  C’est un garçon pourtant romantique, qui vous offrira fleur et chocolat, par exemple, mais qui ne voit pas toujours l’importance du mot amour. C’est un jeune homme qui a besoin de reconnaissance, de se sentir important et aimé, vu qu’il ne l’a jamais été durant son enfance.

Vous vous direz sûrement « il est vraiment désagréable ». C’est vrai, au premier abord, il est tout d’un être désagréable. Mais, malgré tout ça, il est une personne formidable, quand on devient son ami. C’est un être attentionné, qui, étant très protecteur, ferra tout pour protéger ses amis. Il n’aurait aucune peur, aucun regret même, à laisser sa vie pour protéger son camarade. Derrière son masque de prétention, c’est un jeune adolescent, comme plein d’autres, qui a peur de finir mal-aimé. Il a peur de devenir dangereux, comme ses parents, à cause de ses crises de colère parfois intense. Il se voit parfois comme un monstre, et essaie de le rehausser en agissant comme un garçon qui n’a aucune crainte. C’est un jeune homme qui a peur de perdre ses amis à cause de ce qu’il sait. Un jeune homme qui parle peu de lui, car il n’a jamais appris à utiliser les mots à bon usage. C’est un jeune homme qui voit la vie comme un jeu, car ainsi, il peut tout prendre avec plus de légèreté. Il s’amuse avec un rien et passe son temps à crier et faire des conneries, car, ainsi, il se sent aimé. En plus, ce n’est pas comme si on allait en sortir vivant, il le sait bien, alors il s’amuse, pour le temps qu’il peut. Vous pourrez aussi venir confier vos maux, et il essayera de son mieux de vous aider, comme un grand frère le ferait.

Donc, je suis le première à approuver le fait qu’il ne soit pas parfait. Plutôt rancunier, têtu même, il fera très souvent tout à sa tête. Il pardonne très mal à ceux qui blessent ses amis. Il est aussi du genre à faire la tête pendant un moment juste pour … juste comme ça. Pourtant, vous ne trouverez pas ami plus fidèle que Sirius Black en personne. Pour tout vous dire, il peut être le pire idiot que vous rencontrerez, mais il serra aussi celui qui vous conseillera le mieux. À vous de voir comme vous le prenez et comment vous agissez avec ce petit homme plus que complexe.




Je n'ai jamais été très à l'aise avec les mots.


« Suis-je tombé dans la mauvaise famille ou est-ce moi qui ne suis pas bon? Suis-je né pour être différent ou bien, je ne fais que fuir ce qui me fait le plus peur? Quand je te regarde, maman, j’ai envie que tu me serres fort contre moi. Je veux que tu oublies notre haine pendant un moment. Oublie papa et serre-moi fort, Maman. Juste une fois. Je ne pensais pas être si détestable que ça. Tu avais confiance en moi… Alors est-ce moi qui suis mauvais?  Je ne veux pas que tu me détestes. C’est trop dur. Papa me déteste, ne fait pas la même chose maman. Je t’en pris. Je t’en supplie.  Je sais bien que Regulus est mieux que moi, je sais qu’il est le fils parfait, celui que tu voulais voir en moi, mais ne me haït pas… Pas toi. »

Sirius Orion Black. Le premier prénom vient d’une étoile, la plus lumineuse du ciel. Du moins, c’est ce que Sirius s’amuse à dire, sinon, en voyant l’arbre généalogique, il va surement se rendre compte que c’est le nom d’un de ses arrières grand-père, quoi de plus décevant. Orion est, bien entendu, le prénom de son père. Et Black. Black. La famille la plus loyale à Tu-Sais-Qui, la famille adepte de la magie noire. Cette famille qui, par simple cruauté, s’amuse à repousser toutes les autres familles. Rejoignant Voldemort pour le plaisir de pouvoir voir les Né-Moldu ou les Sang-Mêlé souffrir. Black est un nom détesté de beaucoup de sorciers. Quelle famille de sorcier ne connait pas ce nom? C’est ce qui suivra Sirius toute sa vie. Ce nom de famille le rattachant à la haine, à Voldemort. Black. Soit comme eux, ou alors, soit bannie de la famille. À Poudlard, tout le monde connait ce nom comme étant une des plus grandes familles amies à Voldemort. Alors que Sirius voulait le fuir, tout lui disait de continuer à s’accrocher à ce nom. C’était sa famille, après tout. Sa famille.

Orion Black est un fidèle partisan de Voldemort. Malgré qu’il ne porte pas la marque, il a toujours éprouvé chacun de ses plans. Pour lui, le seul bon chemin était la voix du Lord. Il lui devait obéissance. Walburga Black était une femme au caractère très froid, mais moins que son mari. Elle s’était fait influencer par celui-ci. Oh bien sûr, les idéaux de Voldemort restaient les meilleurs, mais Walburga avait quelque chose que Orion n’avait pas. L’amour qu’une mère porte à ses enfants. C’est ce qui l’a tiendra debout pendant plusieurs années, devant le tempérament brusque de son ainé, Sirius.

3 Novembre. Désormais, Sirius fuit cette date, ou il en rit. Il bannit cette date, disant rarement aux gens son anniversaire. Pour Sirius, ce fut le début d’une haine entre lui et ses parents, le début de tourment qui allait suivre toute sa petite vie. Le 3 Novembre, il est né, sans savoir encore qu’il allait être différent et que, pour ça, on allait le détester pour toute sa vie.

Comme tout sorcier, il est né à l’Hôpital Sainte-Mangouste. Il allait avoir les cheveux noirs et la peau blanche comme la neige, caractéristique des Black. Néanmoins, il avait de magnifiques yeux bleus-gris. Il n’a jamais été tenu dans les bras de son père qui, manifestement, ne voulait pas vraiment le toucher. Oh il ne savait pas encore qui était Sirius, hormis son fils, mais Orion restait un homme très distant. Walburga, elle, le prit dans ses bras et le serra fortement contre sa poitrine. C’était la première fois, et une des seules fois, que Sirius sentit autant l’amour de sa mère. Il aurait aimé rester dans ses bras chauds toute sa vie.

Sirius fut suivie d’un petit frère, un an plus tard, qui fut prénommé Regulus.  Les deux enfants se ressemblaient presque à tout point hormis que Regulus avait des yeux d’un brun profond, magnifique. Quand Sirius se pencha pour voir la petite bouille de son frère, il en fut complètement charmé. Il se promit ce jour-là de protéger Reg’, quoiqu’il pourrait arrivé dans leur futur. Du haut de ses 1 an, Sirius se promit d’abandonner son enfance, d’abandonner ses faiblesses, pour devenir le grand frère protecteur.  Il ne savait pas encore ce qu’il allait leur arriver, mais ce fut une promesse qu’il se fit et qu’il tient encore aujourd’hui. Il allait protéger du mieux qu’il pouvait ce petit être.

Sirius ne voyait presque jamais Orion quand il était jeune. Il n’a jamais appris à utiliser le mot « Papa » pour l’appeler. Son premier mot fut, sans étonnement, maman. Pourtant, dès qu’il se tournait vers Orion, une peur grandissait dans son petit être et il ne pouvait pas l’appeler Père. Il ne ressentait pas cet amour que dégageait sa maman, il ne ressentait pas quelque chose de fort en lui. Il ne ressentait que du froid, comme la neige qui tombait en hiver. Quand son père rentrait de son travail, Sirius prenait Regulus dans ses bras, comme pour le protégé. Il ne voulait pas que cet homme s’approche de son petit frère. Ce ne pouvait être son père… Ce ne pouvait pas.

De haut de ses 5 ans, Sirius s’occupait énormément de Regulus, lui donnant à manger quand son père était encore une fois occupé et que sa mère devait ranger les chambres. Il avait déjà repoussé au loin son enfance et ses faiblesses, il avait déjà fait une grosse croix sur ses pleurs. Il devait être le grand frère, ne jamais pleurer, ne jamais être faible. Sirius devenait lentement froide, sans sourire, mais il s’occupait de son mieux de Regulus, ce petit être qu’il aimait plus que tout. Quand son père rentrait, il le défier presque du regard de s’approcher de Reg’. Il avait encore peur, il aura à jamais peur, mais il ne le montrait pas. Alors qu’à 5 ans, un enfant n’a rien d’autre à faire que dessiner, Sirius s’occupait de Regulus. Alors qu’un enfant normal vivrait avec ses parents, lui il fuyait son enfance pour devenir un adulte plus vite.

« Je me sens si seul. Quand papa referme lentement la porte de ma chambre, la barrant, je me sens mal. Mal. Ma respiration me manque, ma vue s’embrouille de mes larmes. Je n’aurais jamais dû connaitre la vérité. Je suis différent. Je fuis ma famille, je fuis Voldemort, je ne veux pas être à ses côtés. Je hais ces idéaux, je hais ces idées sombres de détester tout le monde. Je le hais! Je n’ai pas peur de lui, ni de son rire, ni de son regard, j’ai seulement peur d’être seul. Je n’ai pas peur de ma famille, je ne crains pas la mort, mais je me sens si seul. Où es-tu maman? Où es-tu petit frère? Je ne veux pas le laisser gagné, mais je me sens si seul. Ne me laissez pas dans cet espace restreint, sale et noir.  Ne me laissez pas avec Bellatrix non plus. Je ne veux pas être différent… Je ne veux pas vous faire du mal, mais je ne comprends pas… Pourquoi voulez-vous suivre Voldemort? »

Collé contre la paroi du mur, la respiration haletant, Sirius regardait droit devant lui, le regard effrayé, perdu entre la peur et l’incompréhension. Il pouvait entendre les paroles froides de ses parents et de leurs amis. Il pouvait comprendre leurs paroles froides, malgré qu’il n’avait que 7 ans. Il comprenait parfaitement les mots « Élimination » , « Sang-De-Bourbe» ou encore « Mort ». Il comprenait bien ce qu’il entendait. À son âge, comparé aux autres enfants, il arrivait à décerner le bien du mal. Sirius serra lentement les poings, sentant son coeur lui faire brusquement mal. Il coupa sa respiration un moment, les larmes aux yeux. Pourquoi son père disait-il de telles paroles? Quand il entendit la porte s’ouvrir lentement, il voulut s’enfuir, mais ce fut trop tard. Son père tourna son regard froid vers lui, vite suivi de sa mère. Celle-ci cria un peu, surprise, venant soulever Sirius dans ses bras.

« Walburga! Je t’avais dit d’enfermer les enfants dans leurs chambres pendant les réunions! »
« Orion, ne me parle pas sur ce ton! »
« De toute façon, il serait tant qu’il sache ce que nous sommes… »
« Il est trop jeune pour savoir de telles choses, Orion! »

Sirius secoua vivement la tête et s’enfuit en courant, se défaisant de la prise de sa mère pour aller s’enfermer dans sa chambre. Il bloqua sa porte avec tout ce qu’il trouva, puis s’éloigna rapidement de la porte d’entrée, le souffle rapide, reposant sa tête contre la vitre de sa chambre. Que lui arrivait-il? Que se passait-il? Pourquoi ses parents avaient-ils parlé de choses aussi horribles? Il se leva en tremblant, reprenant lentement son courage à deux mains pour sortir de sa chambre, allant dans le grenier. Il alla chercher des livres et commença à les lire, cherchant les mots, les termes qu’il avait entendus, lisant tout ce qui pouvait s’apporter à. « Mangemorts », « Servant du Lord Voldemort », « Tuer des Moldus… » , « Vouloir devenir le plus puissant mage noir ». Sirius referma brusquement le livre, l’envoyant valser au loin en respirant rapidement. Il passa ses mains dans ses cheveux noirs, les serrant entre ses doigts en appuyant sa tête contre ses genoux repliés sur lui-même. Pourquoi? Pourquoi?!  Il secoua la tête, sa respiration de plus en plus difficile. Il recula rapidement, regardant ses mains. Désormais, il ne voyait que des mains de tueurs. Sa famille était souillée, il était souillé. Il était un monstre… Un monstre horrible. Il n’y avait pas de mots pour expliquer ce que ses parents avaient fait, ce que les mangemorts faisaient. Il n’y avait aucun mot pour pardonner de tels gestes. Il serait détesté, haï de tous. Il serait à jamais une horrible personne… Il serait à jamais un Black. Black.

Ce fut comme le déclic de sa folie humaine, de la folie qui entraina Sirius, de la folie qui lui permettra de survivre. Ce fut le déclic qui permit à Sirius de se révolter, le déclic qui allait commencer le début de la vie du premier Rebelle dans la famille Black. Le début de la vraie vie à Sirius, le début de sa colère grandissante. Ce fut le début de tous. De cette colère d’être un Black, de cette révolte de ne pas être comme eux, de cette haine envers sa propre famille, des coups. De la douleur. Ce fut le début de tout. Il commença à se révolter contre ses parents, à ne plus vouloir les écouter. Dès que son père essayait de lui apprendre la base des mangemorts, Sirius lui tournait le dos, ou alors, lui criait des mots que je ne dirais pas ici. À chaque fois que son père le frappait ou le martyriser, Sirius restait de glace. À chaque fois qu’il l’enfermait dans sa chambre, qu’il barricadât sa porte, Sirius gardait le silence, les poings serrés. Et dès qu’il se retrouvait seul, il pleurait tout sa haine, sa tristesse et sa douleur. Il pleurait jusqu’à être déshydraté. Il pleurait son mal. Et chaque jour, c’était pareil. Sirius se relevait toujours avec un nouveau courage, avec un sourire fier aux lèvres. Vous vous demandez où il a développé cette arrogance? Cet air prétentieux, cet air de « Je serais toujours le meilleur » ? Ça a commencé ici, dans cette folie qu’était la vie de Sirius. Il souriait chaque matin à son père, d’un air rebelle, pour lui montrer qu’il était plus fort que lui, qu’il n’avait pas peur. Pour cacher ses véritables émotions. Il riait fortement, parfois. Il voulait montrer à sa famille qu’il était le meilleur et que jamais il ne serait un mangemort.

Si vous vous demandez ce qui s’est passé entre Regulus et Sirius, le plus vieux gardé toujours un oeil sur son petit frère. Bien que moins présent et surtout moins visible à cause de sa folie, il gardait toujours un oeil protecteur sur son petit frère qui suivait les ordres de ses parents. Il voulait le gardé sous sa garde, à chaque moment. Malgré que les deux frères s’éloignaient de plus en plus, Sirius gardera toujours un oeil sur son protégé. Car il s’est fait la promesse, la promesse de le protéger.

« Quand tu découvres ta magie, aussi belle qu’elle le soit, personne ne le remarque jamais dans une famille de Sang-Pur. Tu as beau briser un verre, tu as beau mettre le feu à un livre, faire voler des livres tout autour de toi, personne ne le remarquera. Aucun sourire, aucun applaudissement, aucune joie. Juste toi et ta réussite personnelle. Juste toi et tes millions de bouquins volant dans les airs. Personne ne sera là pour te dire bravo ou pour t’ébouriffer les cheveux. Il n’y aura que toi. Toi face au vide. »

Sirius a fait sa première apparition de magie à l’âge de ses 10 ans, un âge très normal pour un sorcier. Sa magie fut magnifique. Je n’ai même pas les mots pour découvrir la magie de Sirius. Elle est forte, très forte, mais la première fois qu’il la utiliser, c’était si doux. Il était dans sa chambre, à lire, quand les livres ont commencé à voler autour de lui, vite suivis par des petits objets dans sa chambre. Alors qu’il se redressait surpris pour regarder autour de lui, il fut fasciné par sa magie. Ce fut une des rares fois où Sirius fut réellement fascinée par quelque chose qu’il faisait. Il tendit les mains, les bouquins tournoyant autour de lui. Alors qu’il s’enfermait dans sa folie depuis ses 7 ans, sa magie venait de le faire sourire, un sourire sincère qu’il n’avait pas eu depuis plusieurs années. Il tendit les mains pour attraper un des bouquins intitulés « La magie des Arts ». Sirius le prit dans ses mains, puis le serra fortement contre lui. Pour la première fois, Sirius pleura de joie. Pleura de joie devant un de ses actes, une des beautés de ce monde. Et personne ne fut là pour l’applaudir, pour le féliciter. Il fut seul avec sa joie. Seul. Alors qu’enfin, on pouvait voir un sourire heureux, sa folie derrière lui, personne ne fut là, car Sirius n’avait personne. Il fut seul, face au vide. Il se laissa tombé au sol, serrant le livre contre lui, alors que toutes les livres retombaient sagement à ses côtés. Il sourit fièrement devant le plafond, les yeux pétillants de joie. Poudlard. Il voulait aller à Poudlard. Pour une des premières fois depuis longtemps, Sirius se sentit vivante. Réellement vivant d’un bonheur pur et unique.

« Poudlard. Apprends-moi à aimer, apprends-moi à vivre. Poudlard. Apprends-moi à devenir une personne plus forte, une personne sachant se battre pour ce qu’il veut. Apprends-moi le bonheur, Poudlard. Je veux devenir une personne forte, je veux tourner le dos à mes parents et aller de l’avant. Apprends-moi à devenir quelqu’un de brillant. Apprends-moi tout ce que tu sais depuis le début. Je veux devenir populaire, être aimé de tous, mais surtout, je veux montrer qu’un Black peut être un bon sorcier. Je veux montrer que je suis différent de ma famille. Je t’en pris. Apprends-moi à être fort. »

Poudlard, ce fut un endroit de paix et de tranquillité de Sirius, là où il pouvait être lui-même en quelques sorts. Il fut vite apprécié de tous. Les hommes l’adoraient pour son sens de l’humour et son intelligence, et les filles l’adoraient pour… sa beauté, on ne se cachera pas. Sirius adorait tout le monde, sauf les Serpentards. Il développa une vraie haine envers eux, une haine qui allait dans le sens qu’il détester ses parents. Sa haine grandissait de jour en jour pour cette maison. Avec très grande surprise, il fut envoyé à Gryffondor, la maison des courageux. Même les professeurs, qui en ayant entendu le nom Black s’étaient entendus à entendre le mot Serpentard, furent surpris. Le silence s’était fait pendant plusieurs minutes dans la salle, avant que les Gryffondors n’applaudissent. Sirius développa vite un sens de l’humour et devient un des plus brillants sorciers. Avec Remus, Peter et James, il forma les Maraudeurs, un groupe de comiques et meilleurs amis. James était son meilleur ami et son frère de coeur avec qui il développa une vraie complicité. Ensemble, ils menaient la vie dure à un certain Severus Rogue, un Serpentard du même âge qu’eux. En même temps, James tomba amoureux raide d’une jolie rousse, une certaine Lily Evans, et Sirius adore ce moqué de lui quand Lily est dans les parages. Vers leur troisième année, les Maraudeurs apprirent pour la vie de Remus, le fait qu’il était un loup-garou et la première réaction de Sirius fut de rire, ce qui surprit ses amis. Il s’était entendu à tellement pire devant le visage triste de Remus qu’il ne peut s’empêcher de le prendre dans ses bras fortement à cette nouvelle. Après tout, après ce qu’il avait vécu dans sa vie, il s’était attendu à bien pire que ça. Avec James et Peter, ils firent la promesse à Remus de l’aider. Ils se mirent en tête de devenir des Animagus, des sorciers capables de se transformer. Du coin de l’oeil, Sirius surveillait toujours son frère, prétend attention à chacun de ses gestes. Alors que ses amis s’ouvraient aux autres, qu’ils en apprenaient plus sur Remus, puis sur Peter et sur James, Sirius restait très enfermée. Il ne disait jamais rien sur son histoire, il préférait aider que se faire aider. Il vivait ainsi, il grandissait ainsi. Les professeurs étaient toujours surpris, vu que Sirius dormait souvent en cours, de voir ses notes aussi excellentes. Le jeune homme était vraiment un brillant sorcier, quoiqu’il préférait nettement plus faire des blagues. C’était ainsi, que voulez-vous.

« 5eme année. C’est parti pour un amusement de folies! On dit que la vie est faite de plusieurs rebondissements et bien… Je suis prêt à tout affronter! Me voici venir, le plus merveilleux et le plus grand sorcier, Sirius Black! Je suis prêt à faire tourner le regard des filles vers moi, prêt à déclencher des tempêtes et, surtout, prêt à encore une fois démontrer que je ne suis pas un Black! »

Sirius Black rentre cette année en 5eme année. Ses parents sont de plus en plus en colère contre lui, son frère lui tourne de plus en plus le dos, et lui il reste fidèle à lui-même… À une exception près. Sirius s’est encore plus enfermée cette année qu’avant. On dit que la puberté touche les garçons vers l’âge de 15 ans et qu’il commence à se remettre en question… Eh bien voilà. Déjà que Sirius s’est toujours remis en question, désormais, c’est encore pire. Alors qu’il sait les plus grands secrets de Remus, qu’il connait les parents de James et qu’il sait les frayeurs de son ami Peter, lui il reste en arrière, un grand sourire aux lèvres, prétendant que tout va bien. Cette année, les Maraudeurs ont enfin atteint leur but et Sirius peut désormais se transformer en chien. De plus, ils ont créé la carte du Maraudeur, carte permettant de voir l’ensemble de Poudlard ainsi que les personnes qui y habitent. Tout le monde grandi, se développe et devienne des personnes plus matures. Et Sirius s’enferme en lui, ayant peur de ce qu’il est vraiment.


Derrière l'écran, c'est qui ?
Salut ! T'es un petit curieux, je sais, tu veux tout savoir sur moi. Alors, moi c'est Miyu et j'ai 18 ans. Je viens de Québec. Je suis dispo 5/7 pour RP. Et la question à un million, comment j'ai connu le forum ? Grâce à Je suis la co-fondatrice pfeuh Oh et surtout, n'oubliez pas le petit code dans le règlement! [Validé by Spirit of Hogwarts]  .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 27/02/2017
Localisation : Auprès de Dumbledore
Année scolarité : Autant que le nombre d'année d'existence de Poudlard
Maison : OhOh ~
Dim 5 Mar - 20:59
Mais que vois-je! Un jeune Black tout à fait intéressant ma foi! Bien que tu ais des défauts, comme tout le monde, tu es un jeune homme bourré de qualité. Il ne fait aucun doute que tu es un des sorcier les plus courageux que j'ai eu à répartir. Malgré que tu ais eu la vie difficile, rappel-toi que les vrai amis seront toujours là pour toi, la vrai famille n'es pas toujours celle de sang. Ne perd pas espoir, un jour tu pourras sourire pour de vrai sans faire semblant. Pour toi je ne vois qu'une seul maison possible, j'aurais pu te répartir en 3 secondes, mais je voulais te redonner espoir ... pour toi, la maison parfaite sera ... GRYFFONDOR!
Revenir en haut Aller en bas
Sirius Orion Black | « Je préférais mourir au lieu de trahir mes amis! Mourir comme je serais mort pour toi s'il l'avait fallu! »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» empoissonnement black bass
» Campagne : Missions Black Ops
» Accus Mini-Z
» quel moulinet ??
» orion Advantage Touch Pro 12VDC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moonlight's Shadow :: Passage Obligatoire :: Vos Sorciers :: Présentations Validées-
Sauter vers: